Big Government leads to
Serfdom an
d Poverty

      ►  English Newsletter  
        Nederlandstalige Nieuwsbrief
        French, Italian and other languages 
        Statistics portal - Data from around the Globe
        Freedom Video Library: Economics made easy
        Library - Books, Links, Free Market Institutes, Downloads

   Mission Statement
 
The WebThis Site


24-10-2007

The best Social
Program
is a Job
( Ronald Reagan )
news home news contact
francais English
  Optimum fiscal
J-P. Chevallier

Globalement, le taux des prélèvements obligatoires doit être égal à un tiers du PIB : c'est l'optimum fiscal qui résulte de la combinaison des courbes d'Armey et de Laffer.
En effet, d'une part, les structures de l'Etat doivent être suffisamment importantes pour garantir durablement la liberté et la sécurité, sinon, le désordre est tel que l'activité économique ne peut pas se dérouler normalement. Le Liban en est malheureusement un bon exemple : les carences d'un Etat trop faible permettent à des milices agressives de se développer, ce qui paralyse toutes les activités économiques. La population s'appauvrit alors que le pays est potentiellement riche. A l'opposé, l'Etat est omniprésent dans les pays communistes. Le marché n'existe pas. Le niveau de vie est très bas.
laffer_curve

L'optimum fiscal se trouve donc entre ces deux
extrêmes : aux alentours du tiers du PIB. L'observation de quelques situations caractéristiques permet d'affiner l'analyse : quand le taux des prélèvements obligatoires aux Etats-Unis (et dans d'autres pays comme la Suisse) augmente au dessus de 34 %, la croissance du PIB ne peut pas atteindre son potentiel optimal. Inversement, quand, à la suite de l'intervention énergique d'un président qui applique une politique résolument libérale comme le fit Reagan, le taux des prélèvements obligatoires revient vers 33 % du PIB, la croissance du PIB retrouve alors durablement son potentiel optimal.
armey_curve
Lorsque le taux de prélèvements obligatoires est trop faible, la croissance est inférieure à ce qu'elle pourrait être du fait des dysfonctionnements qui se produisent. Ainsi, en dessous d'un taux de 33 %, les Américains (et les Irlandais) supportent des inconvénients trop importants : les routes et les autoroutes sont insuffisantes, les embouteillages coûtent cher, etc.

Le problème est ensuite de déterminer la structure de l'imposition. Les Reaganomics (dont Laffer) prônent une flat tax à 20 % environ pour l'impôt sur les revenus et sur les sociétés, les charges sociales et la consommation (TVA).
laffer_armey_curvesLa flat tax repose sur le principe suivant : d'une part, le taux d'imposition portant sur la production et les revenus du travail doit être le plus faible possible pour encourager la création de richesse, d'autre part, le taux des taxes sur la consommation doit être élevé pour décourager la consommation au profit de l'investissement de l'épargne pour financer la croissance. L'Irlande en est une illustration parfaite avec un taux d'impôt sur les sociétés de 16 %, des prélèvements sur les salaires de 19 % (l'équivalent des cotisations salariales plus les charges patronales), une TVA à 21 %, le taux des prélèvements obligatoires étant globalement de l'ordre de 34 % (du fait des doubles impositions, de certaines surtaxes et d'autres impôts). Les Irlandais bénéficient de ce fait d'une croissance de 5,5 % depuis 1984 et ils sont maintenant au 2° rang des plus riches du monde (pour la fortune, après les Japonais) alors qu'ils étaient très pauvres auparavant.

Cette structure est certainement proche de l'idéal. En effet, les déséquilibres importants des Etats-Unis et de Singapour s'expliquent par le niveau trop faible de la taxe sur la consommation qui est inférieure à 10 % (le déficit de la balance commerciale américaine est trop élevé ainsi que la dette publique de Singapour). Le taux de l'impôt sur les sociétés aux Etats-Unis est légalement supérieur à 35 % mais il est en réalité de… 25 % environ !


egalite
Les dépenses publiques de fonctionnement sont financées par des prélèvements obligatoires, mais les investissements publics civils et militaires (de 3 à 5 % du PIB) doivent être financés logiquement en grande partie par des emprunts dans des limites impératives : le déficit budgétaire doit être inférieur à 3 % du PIB et la dette à 60 %.L'économie est normative. Ce n'est pas une science exacte. Ces normes sont définies par l'observation des réussites et des échecs du passé. Des théories peuvent les justifier. Les économistes de Work for all montrent très clairement les solutions optimales par une observation rigoureuse des données statistiques, ce qui est scientifique…



*****  La définition du taux des prélèvements obligatoires retenue ici est celle de l'OCDE (55 % pour la France en 2005)


moral




 


 
france

      News from Brussels' leading think-tank..
 

WorkForAll est un groupe d'étude Belge  indépendant et pluraliste. Nous examinons les modèles et les structures sociaux sur leur efficacité. Hors de toute idéologie nous mesurons le succes de politiques economiques dans leurs réalisations en matière d'emploi, prospérité, solidarité et de la liberté individuelle.

The Path To Sustainable Growth
Lessons From 20 Years Growth Differentials In Europe
Martin De Vlieghere, Paul Vreymans

Abstrait: Tandis que le reste du monde connait un boom économique, l'Europe traîne derrière. Les performances Européennes restent faibles malgré son niveau de productivité et de connaissance très élevé, malgré aussi son excellente éthique de travail. La croissance est aussi très différente entre régions. La France, l'Allemagne et l'Italie stagnent, ainsi que les pays scandinaves, le Danemark, la Suède et la Finlande. Tous ont à peine gagné 44% de prospérité au cours des 20 dernières années. L'économie Irlandaise par contre connaît une croissance 4 fois plus rapide, gagnant plus de 169% de richesse pendant la même période. En temps à peine d'une demie génération l'Irlande s'est ainsi transformé en pays le second le plus riche de l'Europe tout en créant des emplois pour tous.

Les dépenses publiques et excessives et une bureaucratie paralisante et bien trop coûteuse sont les causes principales des faibles performances Européennes. Le secteur public surdimensionné manque de productivité et défait tout les gains de productivité du secteur privé, supprimant entièrement ses performances et efficacité exceptionelles. L'Europe pourrait améliorer ses performances en copiant les remèdes irlandaises: Réduire les dépences publiques, la bureaucratie et décaler la charge fiscale du revenu sur la consommation. Ce livre démontre pourquoi les ambitieux plans de Lisbonne et des décennies de la stimulation de la demande keynésienne et une politique monétaire inflationniste ont échoué. Le livre develloppe une stratégie alternative de stimulation des opportulités tout à fait réalisable ainsi que des formules efficaces pour une croissance financièrement durable.


Ce livre lit comme manuel pour le rétablissement économique. C'est une référence de données pour les étudiants et les politiciens intéressés à la croissance, la sécurité sociale et dans l'étude des modèles sociaux. C'est un classique pour les économistes préoccupés par un gouvernement excessif, la faible productivité du secteur public et pour les parents s'inquiétant de leur niveau de vie en baisse et l'avenir de leurs enfants.
the path to sustainable growth

free download here

Merci de bien vouloir mettre
un lien sur votre site


Remarques ou sugestions?


paul.vreymans@workforall.net