Big Government leads to
Serfdom an
d Poverty

      ►  English Newsletter  
        Nederlandstalige Nieuwsbrief
        French, Italian and other languages 
        Statistics portal - Data from around the Globe
        Freedom Video Library: Economics made easy
        Library - Books, Links, Free Market Institutes, Downloads

   Mission Statement
 
The WebThis Site


24-10-2007

The best Social
Program
is a Job
( Ronald Reagan )
news home news contact
francais English

Link to big-government
   
Most popular Essays
English
5% growth is no Utopia
The Future of the EMU
Al Gore-ists advocate green Bureaucracy
Causes of European Growth Differentials
European Social Model:Facts & FairyTales
Europe needs Saving
Statistics: guide to global data sources
Great Myths of the Great Depression
Europe on the road to Serfdom?
Is the European Social Model doomed?
Can we still avoid Inflation (Hayek)
The Path to Sustainable Growth
Will pension time bomb sink the Euro?
Inflation & effective Monetary Policy
Fiscal Policy Lessons from Europe 
Entrepreneurship is lucrative... and just.
The optimal size of public Spending
A Danish Model for all? IMF says No
More Europe will not solve our problems
Flexicurity:a Danish fairy tale come true?
Shifting Tax on pollutors helps Economy.
Nederlands
Vlaktaks:  De Mythe en de Feiten.
5% Welgaartsgroei is géén Utopie.
"Wij verkiezen een Führer."  M.DeVlieghere
De Mythe van het Scandinavisch Model
Oorzaken van Europese groeiverschillen
Europa's Sociaal Model: sprookje & feiten
Ronald Reagan was een knap Econoom  
De ziekte van de Waalse herstelplannen
Inflationair lage rente baat alleen Bankiers
Analyse van Europese Stagnatie.
Het  mirakel  Ierland. (The Celtic Tiger)
Machtige ambtenaren en onvrije burgers 
Aanbodeconomie,
Het Iers Model: De Perfecte Synthese.
De fiscale Blunder van Paars
Belastingverlagingen vergen deregulering
Generatiepact bestendigt Roofbouw
Politiek - door Toon Hermans
Staat ons Welvaartsmodel op instorten?
Kennismaatschappij en Welvaartsstaat. 
Een Argentijnse crisis in Europa
Paars wanbeleid: Apres nous le deluge
België: De fiscale politiek van Paars,
Een beter Marshallplan voor Wallonië.
De ecologische Grenzen van de Stagnatie.
Hoe Ierland de Fiscale Fraude oploste
Repartitiestelsel oorzaak van pensioencrisis
De filosofie van de Vrijheid in Beeld

Articoli Populare 
france
Il Declino Europeo
Perché il modello irlandese funziona,
La Curva pericolosa:
             
Spesa pubblica e crescita

Français
france
5% de Croissance 'est pas une Utopie.
Mythe Scandinave: La Vérité des Chiffres
Causes de Croissance differentielle Europ.
Modèle social europ. Conte de fées et faits
Envers un modèle Social durable
L'optimum fiscal est de 35% du PIB
Belgique: 5% de croissance est possible
Polique fiscale pour la Croissance
Le Modèle Irlandais
USA: des performances indéniables
Leçons de 20 ans de Croissance
Richesse des nations
Wallonie: Le plan Marshall amélioré
La philosophie de la Liberté en Images
FRANCE : Statistiques, économie,
Other languages
finland

spain

portugal



 

USA : des performances indéniables
Nicolas de Pape


Les USA présentent, en dépit du coût de la présence américaine en Irak et du cyclone Katrina, une santé économique presque indécente, par comparaison à l’Union européenne, la Belgique ou la France. A tel point qu’on soupçonne régulièrement l’économie américaine de tourner en surrégime et que le nouveau patron de la FED, Ben Bernanke, s’est dit prêt à inverser la hausse des taux directeurs si la croissance… ralentissait. Aucun krach ne semble menacer non plus les USA malgré un déficit commercial record mais reflet – contrairement la France – d’une excellente compétitivité des entreprises US.

Comme le révèlent les chiffres de l’OCDE (1), les USA ont affiché ces dernières années une croissance du PIB 2004/2003 très avantageuse : 4,4% contre 2,3 pour la France 2,9 pour la Belgique alors que l’Union européenne des 15 présente un modeste 2.0%. La croissance mondiale est, elle, d’environ 5%, faut-il le préciser… Avec un PIB/habitant de 100 dans l’OCDE, celui des USA se monte à 144 contre 112 en Belgique et… 107 en France.

Le chômage par rapport à la population active aux Etats-Unis se monte en 2004 à 5,5%, soit quasiment le plein emploi si on admet un taux de chômage « frictionnel ». Par comparaison, la France affiche un taux de 10,1% et la Belgique un taux officiel de 12% dont certains se plaisent à penser qu’il pourrait être nettement plus élevé. Plus grave : le taux de chômage de longue durée (plus d’un an) varie du simple au Etats-Unis (0,7%) au sixtuple (4%) dans la zone euro. Championne des pièges à l’emploi avec le Danemark, la Belgique affiche plus de 2 semaines de maladies par an en moyenne contre 5 jours aux USA (source : eurostat).

Faut-il lier ces résultats impressionnants au montant des dépenses totales des administrations publiques (en % du PIB) qui se montent à seulement 36,5% aux USA contre 53,4% en France 49,3% en Belgique ? Plusieurs économistes – notamment l’Américain James Gwartney - ont démontré déjà la relation inverse entre croissance économique et poids du secteur public. Ceci en est une nouvelle démonstration puisque le dernier rapport de l’OCDE (29 mars 2006) indique que la Belgique et la France occupent la première et la quatrième place en terme de pression fiscale globale (respectivement 55,4% et 50%) ;les USA, la 23e place avec moins de 30%.

On le sait : les dépenses de santé sont plus importantes chez nos amis américains : 15% du PNB contre 9,6 en Belgique, un rien moins en France. C’est d’ailleurs un des arguments communément utilisés pour démontrer l’excellent rapport qualité/prix du système de soins français ou belge (ce dernier exceptionnellement en boni en 2005). Encore faut-il préciser qu’aux USA, les dépenses publiques de santé se montent à 45% seulement des dépenses totales de santé contre 74,5% en Belgique, 76% en France et 75% en Allemagne (2) pour une espérance de vie dans ces pays sensiblement semblable…

Mais ces chiffres soulèvent d’autres paradoxes.
Ainsi, si l’enseignement supérieur est considéré comme coûteux voire hors de prix outre-atlantique, les USA consacrent tout de même 5,08% de leur PIB à l’enseignement public (5,61 en France ; 5,97 en Belgique) et 2,26% à l’enseignement privé (0,38% en France ; 0,39% en Belgique). Les dépenses par élève sont supérieures aux Etats-Unis. Et les résultats sont différents : le nombre de 25-64 ans disposant de l’équivalent d’une licence universitaire est de 29% aux USA contre 12,4% en France et 12,8% en Belgique. Comme l'avait relevé il y a quelques mois The Economist (édition du 8 septembre 2005), l’enseignement supérieur américain semble bien démontrer toutes les caractéristiques d’un système plus efficace et plus égalitaire. Selon ce journal, 17 des 20 meilleures universités sont américaines dans le classement, qui fait autorité, du Shanghai Jiao Tong University. Ces universités emploient 70% des Prix Nobel en activité et publient 44% des articles les plus cités dans le monde. Dépensant 2,5% de leur PNB en R&D contre moins de 2 pour l’UE des 15, les Etats-Unis déposent près de 80 brevets par million d’actif contre une peu plus de 60 pour l’Europe des 15 (3).

Autre paradoxe : le
pourcentage de personnes en dessous du seuil de pauvreté  est inférieur aux USA par rapport à la Belgique : 12,5% de la population vit en effet sous ce seuil fixé à 782 dollars par mois contre 15% en Belgique dont le seuil est fixé à 772,56 euros mensuels (La Libre Belgique – 3 décembre 2005). Les 36 millions de « pauvres » américains disposent tout de même, en moyenne, de 20.000 dollars par an, soit l’équivalent d’un employé modeste en Belgique. Le paradoxe est apparent : un pays plus performant sur quasiment tous les indicateurs économiques affiche logiquement une pauvreté inférieure pour autant que les revenus soient répartis équitablement. C’est le cas, puisque le coefficient d’équité dit de Gini appliqué aux revenus aux USA est de 40%, soit un peu plus inégalitaire que la France (30%).

Bien sûr les comparaisons internationales sont imparfaites et le passé récent n’augure pas de l’avenir mais lorsque tous les indicateurs concordent, certaines leçons doivent être tirées.

Nicolas de Pape
Licencié en sciences commerciales et financières
Fellow à l’Atlantis Institute   http://www.atlantis.org

(1) Lire « L’OCDE en chiffres » : http://213.253.134.29/oecd/pdfs/browseit/0105062E.PDF
(2) OCDE, Comité Etude vieillissement, rapport 2005.
(3) OCDE, Going for Growth 2006








De Pensioencrisis Is Geen Demografisch Probleem

Martin De Vlieghere verwerpt met klem het discours dat wij langer moeten werken omdat we ouder worden, en weigert de sociale achteruitgang die dit meebrengt. Vergrijzing op zichzelf kan geen pensioencrisis veroorzaken.  De dreigende crisis van het pensioenstelsel is uitsluitend een crisis van het omslagstelsel en dus niet van de veroudering van de bevolking. Men rekent ten onrechte op de solidariteit tussen leeftijdsgroepen. Dan is de veroudering van de bevolking inderdaad een probleem. Maar in een vrije en verantwoordelijke samenleving moet men leren dan men zelf zijn pensioen moet opbouwen en dat niet een ander u zal onderhouden.

The Path To Sustainable Growth
Lessons From 20 Years Growth Differentials In Europe
Martin De Vlieghere and Paul Vreymans

Abstract:    While the rest of the world is booming, Europe lags behind. Europe's performance is weak in spite of high productivity and knowledge, high level of development and good labour ethics. Growth is also remarkably dissimular among regions. France, Germany and Italy are stagnating, and so do Denmark, Sweden and Finland. All gained less than 44% prosperity over the last 20 years. The Irish economy grew 4 times faster, gaining 169% wealth over the same period. In half a generation Ireland so metamorphosed into Europe's second richest country creating jobs for all.
 
" Big government " is the main cause of Europe's weak performance. The oversized Public Sector lacks productivity and is undoing the entire productivity gains of the Private Sector, eradicating all of its outstanding performance and productiveness. Europe could improve its overall performance by copying the Irish success formulas: Scaling down Public Spending, downsizing bureaucracy, and shifting the tax burden from income on consumption. This book demonstrates why the Lisbon Agenda and decades of Keynesian inflationist demand stimulation have failed. It devellops an alternative and workable supply-side strategy as well as effective cures for a humane and financially sustainable development.
 
This book reads as a   step-by-step manual for economic recovery.   It is a data-reference for students and politicians interested in growth, wellfare and in social modelling.   It is a  classic  for  economists concerned about Big Government,  poor public sector productivity  and for parents worrying about  their declining standard of living and their children's future.
big government
 
Big Public Spending
means poor Growth.

Slow Growth
results in Poverty.


These
are the key findings from our research
confirming the results of earlier studies such as this
which compared the growth differentials of 30 OECD countries
over 45 years  
( over 1000 data-pairs !!! )           

Do You feel more people should know this?    Please link this page or mail it to a friend
             
 .